Recherche de résidences
privées pour aînés



La chronique de Richard Béliveau

Le jeudi 23 janvier 2014

La chronique de Richard Béliveau Vieillir en santé : prévenir le cancer

Vieillir en santé : prévenir le cancer

L’apparition d’un cancer n’est pas un phénomène instantané, qui survient du jour au lendemain: pendant des années, parfois même des décennies, des cellules normales ont accumulé une série de mutations génétiques qui ont transformé leurs fonctions et leur ont permis d’acquérir une force suffisante pour croître et envahir l’organisme. La forte augmentation de cancers à des âges avancés serait donc essentiellement le reflet du temps requis par les cellules pour l’accumulation de cet arsenal de mutations.

Plusieurs observations suggèrent néanmoins que ces mutations ne sont pas la seule raison pour laquelle les personnes âgées sont plus à risque de cancer. Par exemple, un très grand nombre de mutations apparaissent durant le développement, de sorte que lorsque notre croissance se termine au début de l’âge adulte, nous avons déjà accumulé la majorité de ces mutations oncogéniques. En ce sens, les études indiquent que le tiers des femmes dans la quarantaine possèdent déjà de petites tumeurs aux seins et près de 40 % des hommes du même âge en ont dans la prostate.  Pourtant, un pourcentage beaucoup plus faible de la population (entre 10 et 15 %)  développera l’un ou l’autre de ces cancers, même à des âges avancés. En d’autres mots, on ne peut expliquer l’augmentation du cancer avec l’âge seulement comme une accumulation de mutations par les cellules au cours du vieillissement.

 

L’environnement dans lequel se trouvent les cellules anormales qui cherchent à devenir cancéreuses est normalement très réfractaire à la croissance de ces tumeurs. Nos habitudes de vie peuvent cependant modifier considérablement cet environnement et le rendre plus permissif à la croissance des cellules anormales. Le tabagisme, une mauvaise alimentation, un excédent de poids ou encore l’inactivité physique ont tous comme caractéristique commune de promouvoir l’inflammation de cet environnement, une condition qui favorise l’acquisition de propriétés cancéreuses par les cellules anormales. En vieillissant, l’impact de ces mauvaises habitudes devient de plus en plus important et l’affaiblissement de nos mécanismes normaux de défense fait donc en sorte d’augmenter la probabilité qu’une cellule anormale échappe à ces défenses et se développe en cancer mature.

 

Même s’il est plus fréquent à des âges avancés, le cancer n’est pas une conséquence inévitable du vieillissement. Mais pour prévenir cette maladie, il faut absolument préserver au maximum nos défenses naturelles, notamment en limitant au minimum le développement de l’inflammation chronique. Une alimentation plus riche en végétaux et dépourvue de mauvais aliments surchargés de sucres et de gras néfastes, une activité physique régulière ainsi que le maintien d’un poids normal demeurent la meilleure stratégie pour vivre longtemps, sans être touché par le cancer.


Aimez-vous cette nouvelle?


Retour à la liste des nouvelles