Recherche de résidences
privées pour aînés



La chronique de Richard Béliveau

Le mardi 3 juin 2014

La chronique de Richard Béliveau Vieillir en santé : du curcuma contre la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est difficile à accepter, car elle représente une atteinte directe à notre nature intime et à notre dignité.  Bien qu’il existe une prédisposition génétique à l’Alzheimer, plusieurs études ont clairement démontré que certains aspects du mode de vie, notamment la nature du régime alimentaire, peuvent grandement influencer le risque d’être touché par cette maladie. 

L’épice indienne curcuma est un des aliments qui suscite le plus d’espoir pour contrer la maladie d’Alzheimer.  D’une part, l’Inde est le pays où l’on consomme les plus grandes quantités de curcuma et représente aussi la région du monde où la prévalence de la maladie d’Alzheimer est la plus faible. D’autre part, le principal ingrédient du curcuma, une molécule appelée curcumine, possède la propriété d’empêcher la formation des plaques amyloïdes (plaques séniles) impliquées dans le développement de la maladie d’Alzheimer.

Une étude récente réalisée auprès de quelques patients âgés de 79, 83 et 84 ans atteints sévèrement par la maladie d’Alzheimer suggère que le curcuma pourrait aussi être utile pour améliorer les symptômes de cette maladie. Ces personnes présentaient toutes des symptômes comportementaux et psychologiques typiques de l’Alzheimer, notamment une perte des fonctions cognitives combinée à grande irritabilité, l’agitation, l’anxiété et l’apathie, ainsi que des problèmes d’incontinence urinaire.  Pendant 12 mois, les chercheurs ont administré chaque jour un supplément contenant 764 mg de curcuma (100 mg de curcumine) et déterminé régulièrement l’évolution des symptômes comportementaux et psychologiques.  Après seulement trois mois de traitement, une amélioration remarquable de plusieurs de ces symptômes a été observée : les patients étaient moins agités et irritables, et une diminution des hallucinations, de l’anxiété et de la dépression furent également notés.  À plus long terme (12 mois), le traitement au curcuma semble également provoquer une amélioration des fonctions cognitives, car les patients ont recommencé à reconnaître les membres de leur famille.

Ces observations demeurent à être confirmées lors d’études à plus grande échelle, mais l’amélioration remarquable de la qualité de vie suite à l’administration de suppléments de curcuma pourrait représenter une étape importante vers l’élaboration de traitements qui réduisent le fardeau imposé par cette maladie sur les patients et leurs proches. 

Aimez-vous cette nouvelle?


Retour à la liste des nouvelles